• untitled

    Bon, je suis partie il y a une heure, mais je reviens vite fait avec un court texte que je viens d'écrire, c'était spontané, pis j'essaie de faire de la poésie, mais je sais pas si ça marche... enfin bref. Savourez l'instant. En attendant, j'ai un peu écrit ça au feeling. Et en plus, je suis fatiguée. 

     

    J'y parle de contemplation - vous savez, le fait de se poser, sans zapper constamment plein de choses, et porter attention aux petites choses qui nous entourent ? ça aide pour écrire, parfois. (c'est pour ça que c'est un truc de poète. Victor Hugo a bien écrit les Contemplations, après tout :))  Et puis c'est parti dans un truc finalement pas tellement axé sur les contemplations de paysages autour de nous... je sais pas trop ce que c'est. Je crois que j'ai trop écouté Love Like You, en fait -_-

     

    Bonne nuit ! 

     

     

    N'oublie jamais de contempler, l'espace d'un instant, les petits riens de tous ce moments

    Car, si tu vas trop vite, tel un fléau tacite, un bout du monde sera volé à tes yeux,

     

    N'oublie jamais, dans ce brouhaha, qu'il y a, au fond de tout cela,

     

    Un silence plus assourdissant encore, perpétuellement là, 

     

    Alors, dis-leur, dis-leur ce que tu as vraiment dans ton cœur...

    Essaie de t'affranchir de toutes tes peurs

     

    Les couleurs s'effaçant, par filaments,

    Nous voyons-nous vraiment, nous parlons-nous vraiment ?

     

    Chaque jour, je te vois à mes côtés,

    Pourtant, je ne parviens à te retrouver

     

    Je ne sais plus quand tu es triste, je ne sais plus quand tu es apaisée

    Viennent trop de pensées, toutes mélangées

     

    Je t'ai oubliée, je t'ai adorée, si seulement je pouvais, si seulement j'avais osé

    Trouver le chemin qui me mènerait

     

    Jusqu'à toi...

     

    N'oublie jamais de contempler, l'espace d'un instant, les petits riens de tous ce moments

    Car, si tu vas trop vite, tel un fléau tacite, un bout du monde sera volé à tes yeux,

     

    N'oublie jamais, dans ce brouhaha, qu'il y a, au fond de tout cela,

     

    Un silence plus assourdissant encore, perpétuellement là, 

     

    Je vais aller regarder de plus près, et faire taire mon esprit

    Peut-être es-tu en fait ici 

     

    Je pourrais presque entendre les couleurs revenir, et

    Ton rire résonner dans le silence déguisé

     

    Personne ne t'entend, et pourtant, je n'entends que toi 

    Je t'en prie, prends le temps de faire attention à moi

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 24 Juin à 14:24

    Ce texte est magnifique, vraiment *-* Je ne te demanderai pas à quoi (à qui ?) tu pensais en l'écrivant... Je suppose que c'est personnel :')

      • Dimanche 24 Juin à 20:21

        Merciiiii ♥♥ j'avais un peu peur en le postant ! :')

      • Dimanche 24 Juin à 23:43

        Pas de souci ! C'est très beau, tu fais bien de nous en faire profiter :')

        J'aimerais bien te faire une analyse un peu plus détaillée, si je trouve le temps ! ^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :